Le temps me dure

couv temps me dureCe soir je souhaite vous conseiller le très bon livre de Monique Guérin-Simonnaud, Le temps me dure. Il s’agit à la fois d’une enquête historique de grande qualité et d’une exploration intime nourrie de psycho-généalogie. Sans autre prétention cependant que de rendre, à un siècle d’écart, un hommage juste et documenté à des ancêtres par trop méconnus.

Ecrit à partir de la correspondance de ses grands-parents paternels et maternels, le récit explore leur expérience particulière de la Grande Guerre. Ces paysans modestes qui, en terre charentaise, connaissent avant le conflit une existence rude mais tranquille, se trouvent embraqués dans un conflit qui les dépasse et les dépayse au sens dramatique du terme : eux qui n’avaient comme horizon que leur ferme et les villages alentour vont sillonner la France entière, un ami de la famille Thibaud allant même jusqu’à Salonique. Et pour quel résultat… « nous avons la victoire, mais elle nous coûte trop cher » : ces mots que le cousin Chabot griffonne entre deux batailles, il ne sait pas à quel point ils sont vrais, car lui-même meurt moins d’un mois après les avoir envoyés. Lire la suite

Publicités

Patrice Robin, écrivain du sensible

L’atelier d’écriture fait partie de ces rares lieux de réflexion et d’expression où l’on peut tenter de définir, voire rédéfinir, sa place au milieu du monde. Patrice Robin le démontre avec autant de pudeur que de brio dans son dernier roman-récit, paru aux Editions POLUne place au milieu du monde.

affiche

Originaire du Bocage, Patrice Robin sera l’invité de la librairie lundi 13 octobre 2014 à 20h30 pour évoquer ce livre ainsi que les précédents. Le libraire tentera de mettre en lumière l’exigence littéraire et l’engagement discret qui sous-tendent le travail de l’auteur. Dans ses textes, nulle emphase, pas de formules clinquantes ni d’effets de manche. L’intrigue elle-même réside souvent en dehors de l’action. Ce n’est pas dans les images ou dans le visible que Patrice Robin se distingue, mais bien plutôt dans le registre du sensible. Son style a la netteté d’une lentille de microscope qui irait chercher dans le détail infime ce qui rend une vie différente d’une autre, un âge différent d’un autre, une situation confortable ou précaire. Et chez Patrice Robin, l’humilité des mots se fait hommage permanent à la condition des humbles, des sans voix.

Des extraits de ses textes seront lus au cours de la soirée et à l’issue de la rencontre, il sera possible d’acheter les livres de Patrice Robin et de les faire dédicacer.

86178À la Fabrique, Pierre, écrivain, tente, avec quelques autres, éducateurs et enseignants, de donner une place au milieu du monde à des adolescents en grande difficulté scolaire et sociale. Parfois avec succès : Lissah venue d’Afrique après la mort de ses parents et réussissant à trouver du travail, Djamil remis sur le chemin des études via des cours par correspondance. Parfois en y échouant totalement : Franck gagné par les idées d’extrême droite ou Aude tentant de se suicider. C’est dans l’approfondissement de cet engagement, à La Fabrique et ailleurs, que Pierre trouvera, lui aussi, au fil des années, sa place au milieu du monde.

2014, Editions POL, 8€

La rage au coeur, roman enragé

Jean-Luc Mimault sera jeudi 22 mai à 20h à la Maison des Arts de Bressuire pour présenter son nouveau livre : La rage au coeur. A cette occasion, il lira quelques passages du roman et échangera avec le libraire et le public. L’entrée est libre et gratuite. Maison des Arts : 1 boulevard Nérisson à Bressuire.

Lrage au coeura rage au coeur plonge le lecteur dans l’atmosphère de l’année 1974. Le narrateur, Jos, 17 ans, étouffe dans le milieu rural rigide où il a grandi, et va voir sa vie bouleversée en peu de temps, comme va l’être la France entière, qui traverse une période de grands changements. Les jeunes veulent vivre et ne plus subir, les femmes veulent disposer de leur vie et ne plus obéir. Lire la suite

L’échange des princesses

Courez lire ce livre qui est un voyage littéraire dans le temps, une plongée intimiste et captivante dans les intrigues de Cour du XVIIIème siècle, de part et d’autre des Pyrénées.
Sans jamais tomber dans l’émotion facile, Chantal Thomas, auteur déjà révérée pour Les adieux à la reine, insuffle énormément de vie aux personnages historiques qui peuplent le roman. L’écriture, parfois froide, volontairement distante, n’est jamais fade. On assiste médusé(e) au spectacle (à l’autopsie?) de ces êtres qui n’ont pas choisi grand chose et qui malgré leur pouvoir, sont ni plus ni moins que des pantins ballottés au gré des arrangements, voire des intempéries. Où l’on découvre qu’on peut être une heureuse mariée à 5 ans, un époux désespéré à 17, un roi ténébreux à 13, une femme finie à 15.
Thomas évite toute victimisation mais dénonce sans relâche les atteintes innombrables à la vie, à la joie, au bonheur d’être, que le Grand Siècle célébrait dans les seules apparences. Derrière celles-ci, nous apprend-elle, il fallait être d’une sacrée trempe pour ne pas être broyé(e) dès l’enfance.
Titre : L’échange des princesses
Editeur : Seuil
Prix : 20 €

L’autre vie d’Orwell

L’autre vie d’Orwell, ce sont en fait les dernières années de son existence oh combien aventureuse. Celles qu’il a vécues à l’écart du monde dit moderne, sur l’île de Jura, dans les Hébrides intérieures (Ecosse), avant de disparaître emporté par la tuberculose.
Au fil des 150 pages de son récit-essai, Jean-Pierre Martin reste interloqué par la vie d’humble fermier du grand écrivain qui se retira avec quelques proches (dont son jeune fils Richard) dans un paysage hors d’atteinte, hors du temps et de l’Histoire, où il rédigea pourtant l’une des œuvres les plus sombres de l’anticipation politique : 1984.
Fait d’une douce empathie et de rugosités de circonstance, le texte de Jean-Pierre Martin éclaire l’attachement d’Orwell aux innombrables tâches domestiques et les paradoxes d’un homme qui cherche à la fois à s’isoler tout à fait avec son idéal et à s’entourer d’une compagnie idéale, sur-mesure.
Un livre émouvant dont on sort un peu sonné, déboussolé, parce qu’on a vécu pendant quelques temps dans la ferme écossaise de Barnhill, loin de tout, et qu’il n’est alors pas évident de reprendre pied dans le monde dit moderne.
Titre : L’autre vie d’Orwell
Editeur : Gallimard (Collection L’un et l’autre)
Prix : 17,90€

Le Bocage à la nage

Une bande de perdants magnifiques et d’authentiques rebelles fait sa loi dans un recoin du Bocage mayennais. Jusqu’au jour où, sur un malentendu, l’élite de la police déboule dans ce décor champêtre, telle un chien dans un jeu de quilles.
Une farce drôle et irrévérencieuse à souhait, bien dans l’esprit chouan de ses personnages. Tandis qu’ils luttent contre le « système », Olivier Maulin lutte ouvertement contre la mélancolie, et ça lui réussit.
La liberté est au bout du chemin creux !

Titre : Le Bocage à la nage
Auteur : Olivier Maulin
Editeur : Balland
Prix : 19,90€