Les Commères colportent énormément


Alors voilà, le monde est un fieffé chaos, et dès que les gens apprennent une bonne nouvelle, ils s’y accrochent comme un député-maire-président d’interco au cumul des mandats. De fait, depuis que j’ai annoncé la renaissance du blog, pas un jour ne passe sans qu’on m’interpelle, et parfois même en pleine rue : on veut connaître la suite, combien d’articles par jour, est-ce qu’il y aura des cadeaux à gagner, à quand une version papier, où peut-on envoyer des dons ? Je ne suis plus tranquille où que ce soit, pas même dans la banlieue ouest de Saint-Maurice-la-Fougereuse un dimanche à cinq heures moins vingt.

18503065706_0e171a653a_kPas  d’autre choix, donc, que de me réfugier chez moi, ce qui tombe bien parce que c’est encore l’endroit le plus pratique pour écrire un article et qu’il est justement temps de s’y remettre, je le ressens, là, au bout de mes doigts, et j’entends combien la colère monte, dehors.

Je vais vous raconter ce qui m’est arrivé un soir de juin dernier. Au départ, j’étais censé aller faire un reportage sur une bande de filles extraordinaires surnommées « les cavalières de l’impossible », mais le cheval avait mal aux dents et j’ai donc été contraint de revoir non pas ma Normandie, parce que je ne suis pas normand du tout, mais mon programme. Vous me direz, avec ce que j’ai fait à la place, on restait d’une certaine manière dans la célébration de la femme, sauf que voilà, les femmes que j’ai vues, comment dire…

18341834050_44cd282263_k (1)

A12034217_868345733279157_6073727717100509338_o l’origine, il y a cette affiche, détournée du très célèbre tableau renaissance connu sous le nom de Gabrielle d’Estrées et une de ses sœurs, scène de bain aussi réaliste que troublante. Les « poulettes » font leurs ablutions sous l’oeil goguenard d’un Falstaff passablement aviné. Le rideau rouge se lève donc, ce soir de juin 2015, dans la cour de la Maison des Arts de Bressuire, et la troupe amateur du Théâtre du Bocage fait exploser devant nous le génie intemporel d’un certain William Shakespeare, qui pour être dramaturge n’en était pas moins farceur. Si je m’empresse de vous en parler, c’est parce qu’aujourd’hui même vous avez une chance inespérée de voir (ou revoir) ce très beau spectacle orchestré d’une main de maître par monsieur Claude Lalu. C’est hébergé par la Colporteuse, donc à Sanzay (même si la Colporteuse, par principe, est un peu partout). En juin, la tombée de la nuit apportait son délicat concours à la mise en scène, et l’été régnait sans partage. Ce soir 18 septembre, puisque c’est la météo qui est délicate, la pièce se jouera bien à l’abri, on me le confirme dans l’oreillette… [NDLR: à la salle des fêtes de Sanzay pour être précis, réservation vivement conseillée au : 05 49 65 22 53]

Vous verrez le colossal Falstaff aux prises avec sa propre truculence et des bourgeoises fort inspirées, qui n’ont besoin de personne en Harley Davidson pour défendre leurs vertueuses largesses. Hommes, femmes, rien n’est à la place convenue, mais ne croyez pas que les travestissements en cascade soient le seul ressort comique de cette foire aux -maigrelettes- ambitions. Rien que pour la justesse des portraits, la satire irriguant les joutes verbales, les facéties mélodiques, les jeux de jambes insoupçonnés, l’accent suisse allemand du curé gallois et presque ibérique du médecin français, ces « Joyeuses » valent largement le déplacement. Et si vous ne pouvez vraiment pas vous y rendre, ce n’est pas non plus une catastrophe, vous pouvez toujours adhérer aux associations Théâtre du Bocage et/ou La Colporteuse, histoire qu’il y ait plein d’autres soirées du même acabit dont nous puissions nous réjouir, très bientôt.

Publicités

Une réflexion sur “Les Commères colportent énormément

  1. Snoutch

    Haaaaaaaaaaa….. J’étais déçue de n’avoir pas réussi à voir ce spectacle cet été et t’en remets une couche!…. non mais vraiment hein!!…. ;o)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s